Go back

Dieter Drewitz

Dieter Drewitz

Dieter Drewitz est né en 1943 à Schulzendorf à la périphérie de Berlin. Enfant déjà, il développa un intérêt prononcé pour la politique. Le soulèvement populaire du 17 juin 1953, auquel participa son frère beaucoup plus âgé que lui, constitua la pierre angulaire de son opposition de presque dix années au Parti socialiste unifié de l'Allemagne de l'Est (SED, Sozialistische Einheitspartei Deutschlands). Le 13 août 1961, soit le jour de la construction du Mur de Berlin, il fut arrêté à l'âge de 18 ans durant ses vacances au bord de la mer Baltique. Il était alors accusé d'espionnage : il avait en effet pris en photo un bâtiment sans savoir qu'il n'avait pas le droit de le photographier. Son refus de signer des "aveux" écrits par le service de Sécurité de l'Etat de la RDA lui valut d'être maltraité par des coups au visage et par la privation de sommeil et de nourriture durant plusieurs jours. D'heureuses circonstances lui permirent toutefois d'être libéré deux semaines plus tard, mais il dut signer une déclaration selon laquelle il devait garder le silence sur les conditions de sa détention.

Il passa ensuite son baccalauréat, fit un apprentissage comme décorateur, puis démarra des études en conception d'expositions et en graphisme. Mais le 15 septembre 1966, il fut à nouveau arrêté et conduit dans le tristement célèbre "Lindenhotel", "hôtel" considéré dans le langage courant comme le centre de détention de la Stasi du district de Potsdam. La raison en était deux lettres qu'il avait écrites dans le cadre d'une discussion entre auditeurs à la radio RIAS à Berlin-Ouest sur les "possibilités d'une réunification allemande". Tandis que la première lettre était lue à la radio, le service de la Sécurité de l'Etat intercepta la deuxième. Malgré toutes les précautions prises (courrier adressé à une boîte aux lettres, faux nom d'expéditeur et mot de passe), on découvrit l'auteur après neuf mois d'enquêtes. Et comme Dieter Drewitz était déjà sous surveillance depuis ses 17 ans, il fut très vite enregistré dans les fichiers manuscrits de la police secrète de la RDA.

En janvier 1967, il fut condamné par le tribunal du district de Potsdam à 18 mois de privation de liberté pour "prise de contact continue avec une organisation criminelle" et pour "propagande et dénigrement dangereux pour l'Etat". Il purgea sa peine dans la maison d'arrêt de Cottbus (Land du Brandebourg) et au camp de travail pour prisonniers de "Schwarze Pumpe" à Spremberg, une ancienne station de pompage de gaz (lignite). Bien qu'il obtînt le droit de terminer ses études par l'intercession de personnes influençables, le service de la Sécurité de l'Etat fit en sorte qu'il ne puisse occuper que des postes subalternes. C'est pourquoi en 1986, il fit une demande d'autorisation de sortie du territoire. Après deux années de tracasseries, il put enfin rejoindre Berlin-Ouest. Là-bas, il travailla jusqu'à sa retraite comme directeur marketing d'une entreprise renommée du secteur industriel. Depuis 2004, il est guide au mémorial de Berlin-Hohenschönhausen.