Go back

Mario Roellig

Mario Röllig

Littérature

  • Gedenkstätte Berlin-Hohenschönhausen (Hg.): Die vergessenen Opfer der Mauer. Flucht und Inhaftierung in Deutschland 1961-1989. Berlin o. J., S. 55-57.
  • Ganz normale Helden. Deutsch / Polski. Ein deutsch-polnisches Jugendprojekt zur gemeinsamen Auseinandersetzung mit der Geschichte. Ausstellungskatalog polnisch deutsch Kannste auch! e.V.

Mario Röllig est né à Berlin-Est en 1967 et fit une formation comme employé de restauration en RDA. Homosexuel, il se lia d'amitié à l'âge de 17 ans avec un homme politique de Berlin-Ouest. Des collaborateurs du Ministère de la Sûreté de l'Etat (MfS, Ministerium für Staatssicherheit) utilisèrent cet argument pour tenter de le recruter comme "informateur non-officiel" (IM, Inoffizieller Mitarbeiter). Comme il refusa de se livrer à l'espionnage d'autres personnes, il fut soumis à une telle pression qu'il tenta en juin 1987 de fuir pour la Youslovavie en passant par la Hongrie. Mais il fut arrêté par la police des frontières hongroise et après une semaine passée dans la prison de la police de Budapest, il fut remis aux services de Sécurité de l'Etat de la RDA.

Début juillet, il fut conduit au centre de détention provisoire central du Ministère de la Sûreté de l'Etat de Berlin-Hohenschönhausen, où on lui reprocha sa "tentative de franchissement illégal de la frontière". Trois mois plus tard, il fut libéré grâce à une amnistie générale. Le 8 octobre 1987, un non-lieu fut rendu à son encontre avec "trois mois de libération conditionnelle". Le même mois, Mario Röllig fit une demande de sortie du territoire. En effet, malgré sa libération, les mesures de répression personnelles et professionnelles n'avaient pas cessé.

Au début de l'année 1988, il participa à diverses manifestations d'opposition dans une église évangélique, puis, adressa une lettre de protestation au chef d'Etat, Erich Honecker. Le 8 mars 1988, il est alors déchu de sa nationalité est-allemande. Ce n'est qu'en 1997, en consultant les actes de la Stasi, qu'il sut où il avait été emprisonné. Son histoire fit l'objet de la pièce de théâtre "Dossiers R" (Akte R) au théâtre Strahl à Berlin, et fut aussi relatée dans le film documentaire "Visage au mur" (Gesicht zur Wand). Mario Röllig vit à Berlin et depuis 1999, est guide au mémorial de Berlin-Hohenschönhausen.