Go back

Reinhard Fuhrmann

Reinhard Fuhrmann

Reinhard Fuhrmann est né en 1948 à Berlin. En 1968, il entreprit des études en philosophie et en histoire à l'Université d'Iéna, où, rapidement, il se joignit à un groupe d'étudiants allemands opposants au régime. Le groupe rédigea un document critiquant le socialisme en RDA, en fit des copies et les distribua à des sympathisants d'autres universités. En 1970, le MfS (Ministerium für Staatssicherheit) mit en place à l'encontre du groupe, un "processus opérationnel" (Operativer Vorgang, OV), soit une procédure comprenant toute une série de mesures de surveillance des "personnes négatives hostiles".

En juillet 1971, Reinhard Fuhrmann fut radié – pendant une session d'examen d'Etat - et interdit à vie de fréquenter les écoles supérieures et professionnelles. Aussi, en juillet 1972, le jeune homme décida-t-il de fuir avec un ami en Bulgarie. Mais la tentative de fuite échoua, et les deux camarades furent arrêtés, puis conduits au centre de détention provisoire de la Stasi de Gera, une ville de Thuringe. L'administration de la région, responsable de l'Université d'Iéna, avait dirigé l'OV - le "processus opérationnel" - à l'encontre du groupe d'étudiants. Aussi Reinhard et son ami furent-ils non seulement interrogés sur leur tentative de fuite, mais aussi sur les "informations opérationnelles intéressantes complémentaires" qu'ils cherchaient à obtenir pour leur projet - une technique courante utilisée par le Service de la sécurité de l'Etat.

En décembre 1972, il fut condamné à deux ans de prison pour "passage illégal de la frontière" et admis au camp de travail "X" de la Stasi de Berlin-Hohenschönhausen. En juillet 1973, on le transféra dans la prison du district Karl-Marx-Stadt de Chemnitz, une ville de Saxe. De là, il fut libéré dans le cadre de l'achat des détenus politiques par la RFA. Après son départ pour l'Ouest, Reinhard Fuhrmann travailla comme collaborateur indépendant pour des maisons d'édition, un musée et fut également guide pour la ville de Berlin. Cependant, à Berlin-Ouest, il continuait d'être surveillé par la Stasi. Depuis 2002, il guide les visiteurs au mémorial de Berlin-Hohenschönhausen.