Histoire

Le mémorial de Berlin-Hohenschönhausen (Gedenkstätte Berlin-Hohenschönhausen) est un lieu unique inextricablement lié aux 44 ans de persécutions politiques vécues dans la zone d’occupation soviétique (1945-1949), puis durant la période de la RDA (1949-1989).
Sur le terrain d’une ancienne cuisine industrielle dans le Nord-Est de Berlin fut d’abord érigé à la fin de la Seconde Guerre mondiale un camp spécial soviétique (juin 1945). Puis, après sa fermeture en novembre 1946, on construisit dans le sous-sol du bâtiment le centre de détention provisoire soviétique pour l’Allemagne de l’Est.

En avril 1951, le Ministère de la Sûreté de l'Etat de RDA (MfS, Ministerium für Staatssicherheit) reprit l’établissement, et en novembre 1960, l’élargit avec la construction d’un nouveau bâtiment (appelé Neubau) pour l’utiliser comme principal centre de détention provisoire jusqu’en janvier 1990. Des milliers de personnes persécutées y furent emprisonnées, soit quasiment tous les opposants de la RDA. Show more

Ce faisant, se trouvaient tout autour de la prison, dans la rue Genslerstraße, les unités de service du Ministère de la Sûreté de l'Etat (dit la Stasi, abréviation de Staatssicherheit). Elles étaient compétentes pour mener les enquêtes judiciaires, mais pouvaient également servir de prisons : il s’agissait de la Section principale IX et de la Section XIV, directement placées sous l’autorité d'Erich Mielke, Ministre de la Sécurité d’Etat. Elles contrôlaient et dirigeaient le travail de tous les services d’enquête et de tous les centres de détention provisoires des 15 districts de la RDA. Le lieu constituait alors une sorte de quartier général de la répression communiste en Allemagne de l’Est.

Le centre de détention provisoire se trouvait dans une zone militaire interdite, hermétiquement fermée au monde extérieur. Dans cette région - qui ne figurait sur aucun plan de la ville de Berlin-Est - se trouvaient des unités de service supplémentaires du Ministère de la Sûreté de l'Etat : ainsi, la branche opérationnelle et technique (OtS, Operativ-technischer Sektor) était chargée, entre autres, de la construction des tables d’écoute, la Section principale IX/11 était responsable des archives nazies secrètes, de même qu’une partie du dispositif d’espionnage de l’Administration centrale A (HV A, Hauptverwaltung Aufklärung) constituait le service de renseignement extérieur de la RDA. Immédiatement à côté de la prison se trouvait - depuis 1974 - le camp de travail « X », dans lequel les prisonniers condamnés devaient déjà à cette époque fournir un travail obligatoire pour le compte du Service de la Sécurité de l’Etat.

Luftbild Gefaengnis 2014

Vue aérienne de l'ancien centre de détention provisoire soviétique de Berlin-Hohenschönhausen
© Reimer Wulf, 2014

Plan Sperrgebiet

Plan de l'ancienne zone interdite de Berlin-Hohenschönhausen. En noir est souligné le centre de détention provisoire
© BStU